antilles, Caraïbes, Guadeloupe, Voyage

Une semaine sur les îles de Guadeloupe, les pieds dans l’eau

24 février 2017

Après vous avoir laissé quelque part sur un hamac au Tendacayou, il était temps de reprendre la plume pour vous raconter un peu plus en détail notre semaine sur les îles de Guadeloupe tout en gardant une petite part de mystère. Comme à chaque carnet de voyage j’aime vous révéler mes coups de coeur, ce que j’ai aimé (ou moins), des conseils glissés ici et là mais sans jamais tout vous dévoiler. 

voyage iles de guadeloupe - basse-terre

 

J’ai ramené des îles de Guadeloupe une poignée de coquillages et du corail desséché, ce sont les petits trésors (entre autre) que j’aime glaner, farfouiller lors de mes voyages et qui me servent de décoration ensuite. Vous faites ça aussi ? La semaine dernière, alors que je venais de vous raconter ma (brève) expérience à l’écolodge Tendacayou, j’ai pris ces fameux coquillages dans la main pour les placer délicatement près de mon oreille. Dans les faits, il n’y avait aucun son, mais de ma mémoire eidétique, le temps de quelques minutes prolongées je me suis imaginée sur ces îles des Caraïbes. J’emmagasine dans ma mémoire comme dans ces petits objets recyclés, les moindres souvenirs imperceptibles et insaisissables du voyage. L’odeur de la mer quand le jour se tombe, oui la mer a une saveur particulière, celle que l’on ne goute qu’avec le nez. Il y a le bruit du vent aussi, celui qui vient se frotter à cette eau paisible et inébranlable, ces brises qui viennent se fracasser contre l’écume imperturbable. L’odeur du poisson grillé, lui aussi a une saveur particulière, une saveur épicée. Le bruit d’une coco qui s’écrase au sol et ce bruit si drôle quand on la secoue. Les mouvements de l’eau quand tu y glisses ton premier orteil, ceux qui forment une réverbération acoustique. La petite mousse qui te rappelle tes bains et la douceur gênante des grains de sable qui viennent se coller à ta peau puis vint le son persistant, lourd et mystérieux des rouleaux de vagues et le bruit du vent qui se glisse dans les palmes. 

 

Les pieds dans l’eau, à l’orée d’un cocotier, une semaine sur les îles de Guadeloupe

Je ne sais pas pour vous, mais il y a ces petits voyages qui deviennent de vraies révélations. Toujours attirée par les pays nordiques et le froid je dois avouer que le climat si agréable des Caraïbes a su me charmer durant cette semaine. Quel bonheur d’être sur le pont d’un bateau en tee-shirt et les cheveux au vent. Cet attrait pour les îles, ces petits états insulaires coupés de tout et tellement surprenants, a davantage pris de place avec notre voyage en Islande (depuis j’ai très envie de découvrir Cuba, Zanzibar ou le Cap-Vert pour ne citer qu’eux).
Si vous voyagez en Guadeloupe je vous recommande chaudement de vous rendre sur chaque île de l’archipel. C’est un budget supplémentaire, je sais, mais comme je le disais dans mon guide pratique, c’est se rendre compte de toute la diversité et la richesse de la Guadeloupe. 

 

iles de guadeloupe - La Desirade

À la découverte de la Guadeloupe : 3 îles, 3 identités
La Désirade, la plus sauvage

Notre exploration des îles de Guadeloupe a débuté tôt un mardi 26 avril à l’embarcadère de Saint-François. On dépassera la croix perchée de la pointe des Châteaux pour s’engouffrer dans les eaux de la mer des Caraïbes jusqu’à entrapercevoir une sorte de dôme au loin. À l’approche du rivage, il y a beaucoup de végétation, l’île est verte et semble sauvage et impétueuse, elle l’est ! C’est à bord de gyropode que nous partirons à la découverte de l’île. On y découvrira les cases créoles, la végétation étonnamment luxuriante et les rivages où s’alignent de majestueux cocotiers. L’île (qui ne possède qu’une seule route d’ailleurs) n’est que très peu connue des touristes, qui par manque de temps, privilégient plutôt Les Saintes. La Désirade est encore ce petit joyau brut que nous, voyageurs, n’avons pas encore eu le temps de dénaturer.

— Mon coup de coeur sur l’île de la Désirade : Grande Anse !
— Pour aller à la Désirade : traversée avec Archipel1 au départ de Saint-François

iles de guadeloupe - La Desiradeiles de guadeloupe - La Desiradeiles de guadeloupe - La Desirade

iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desiradeiles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desiradeiles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desiradeiles de guadeloupe - La Desiradeiles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade
iles de guadeloupe - La Desirade

Marie-Galante, la plus authentique

Le 27 avril c’est en direction de Marie-Galante que nous avons mis le cap. Les pieds toujours dans l’eau, on s’est laissé bercer par des vagues plus violentes que la veille. Du rivage on aperçoit des eaux turquoise hypnotisantes mais je reviendrai plus en détail sur cette étape du voyage. Pour l’instant, je garde jalousement encore la saveur de l’île la plus authentique de Guadeloupe, jusqu’à ce que je trouve les mots les plus justes pour vous expliquer toutes ces émotions qui s’en dégagent ! 

Les Saintes, la carte postale Guadeloupéenne

Les Saintes c’est la représentation parfaite qu’on se fait de la Guadeloupe et c’est la carte postale que les voyageurs viennent chercher. Attention donc, contrairement aux précédentes îles, peu de chance que vous soyez seul(e) ici. Pour observer les volumes creux et bombés des îlots, il faut grimper en haut du Fort Napoléon. Une vue à couper le souffle vous attend. Je me souviens des toitures rougeâtres qui plongent dans ces bleus outremer profonds mais aussi des contours de fenêtres et portes plus colorés qu’ailleurs. En fermant les yeux, je hume presque l’odeur des tourments d’amour, ces petites spécialités sucrées de l’archipel des Saintes. Il a fallu ensuite redescendre la colline verte, les pentes étaient raides, et puis après un bon repas au Ti Bo doudou nous avons choisi à l’unanimité d’aller à la plage de Pompierre. Je ne pourrais pas vous certifier si c’est la plage la plus belle des Saintes, pour n’en avoir fait qu’une, mais je peux vous assurer que la lumière chaude et rasante était dingue. Cette plage en croissant de lune est bordée par une lignée de palmiers où l’on y jouerait presqu’à cache-cache.

 Pour aller aux Saintes : traversée avec CTM Deher au départ de l’embarcadère de Trois-Rivières (départ 9h — retour 15h45)
— Un autre lieu à ne pas manquer : la plage du Pain de Sucre

iles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintes

iles de guadeloupe - Les Saintes
iles de guadeloupe - Les Saintes
iles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintesiles de guadeloupe - Les Saintes

 

Basse-Terre & la Soufrière

J’ai préféré Basse-Terre à Grande-Terre pour sa nature plus touffue, luxuriante et humide. Un vrai gout exotique que je recherchais en venant ici. Le même qui m’a rappelé notre arrivée à l’aéroport, ce moment où nous nous sommes engouffrés dans une chaleur si moite. J’ai adoré m’aventurer dans une mini-jungle, enjamber les racines d’arbres pour découvrir une cascade préservée des foules : le saut de l’Acomat. Les copains se sont jetés volontiers dans ces eaux couleur émeraude quand moi j’admirais ce débit de 10 mètres, ces sortes de lianes pendues et je m’amusais à faire le tour des lieux. J’adore la résonance si particulière qu’à l’eau fraîche des rivières. Et cette succession de petits toboggans naturels.

Et puis de Basse-Terre je me souviens du jour où je me suis dépassée, autant physiquement que mentalement. Gravir le volcan de La Soufrière a été l’étape marquante de ce voyage sur les îles de Guadeloupe. Je ne pensais pas aller au bout, il y a eu des larmes, il y a eu des rires, il y a eu de grosses sueurs froides et ces jambes qui tremblent de fatigue et de peur. Ces moments où ton cerveau n’est plus connecté au reste, où ton corps te dit stop, où il refuse d’avancer. Il y a eu ce moment précis, très rapide, que je n’ai même pas vraiment compris, où pour la première fois de ma vie j’ai su me surpasser, seule ! Ben est d’habitude derrière moi pour me pousser, me motiver d’une manière ou d’une autre. Ce jour là j’étais bien seule dans l’épreuve, entourée de gens que je ne connaissais que depuis 5 jours et d’autres, depuis 1 heure. Je pense que dans l’effort démesuré, notre corps, notre mental puise au fond de nous des capacités qu’on ne soupçonnait même pas. Et pour la première fois de ma vie j’avais gravi un volcan avec cette odeur de souffre pour m’accueillir. Il faisait tellement humide, presque froid tant le corps avait bouilli. La végétation au coeur du cratère semblait verte fluo et au milieu des roches mortes se dressaient une ou deux fleurs. Je ne savais même pas comment elles pouvaient survivre dans cet air qui te prend à la gorge.
Si un jour on m’avait dit que j’y serai arrivée, j’aurai ri ! 

— À Basse-Terre se trouve également le Parc des Mamelles qui n’est autre que le zoo de Guadeloupe où vous pourrez observer les raccoons. Par manque de temps nous n’avons pas pu aller voir ces petites bêtes poilues, mais le parc à l’air vraiment bien, allez-y !
— Excursion à la Soufrière avec Feeling Guadeloupe. Je précise également que la randonnée n’est pas si difficile, nous étions accompagné d’un guide expert avec qui nous n’avons pas emprunté le chemin « traditionnel », chemin qui n’est pas ouvert au public car bien plus dangereux ! Dont’ worry donc ! 

iles de guadeloupe - La soufriereiles de guadeloupe - La soufriereiles de guadeloupe - La soufriereiles de guadeloupe - La soufriereiles de guadeloupe - La soufriereiles de guadeloupe - La soufriere

iles de guadeloupe - La soufriere
iles de guadeloupe - La soufriereiles de guadeloupe - La soufriere

 

Une semaine sur les îles de Guadeloupe, itinéraire, bonnes adresses & incontournables : 

Pour finir, un petit récap’ de notre semaine avec mes bonnes adresses, nos hôtels et les points d’intérêts.

+
Ce voyage #Kreyoltrip s’est déroulé sous invitation de l’agence Kreyol advisor, Corsair et les îles de GuadeloupeEt, je reste libre de mes choix éditoriaux comme toujours.

You Might Also Like

34 Comments

  • Reply Mili - The Flying Dutchwoman 24 février 2017 at 9 h 47 min

    Haaaaaaaaaaa comment je déteste là! On est en pleine tempête (j’ai l’impression que l’appart va s’envoler sérieux) et bam, j’allume mon ordi pour tomber sur ton article. Note que du coup, pas besoin du coquillage pour entendre le vent, hein! Et donc, tu l’auras compris, moi aussi je pique des coquillages (et parfois un peu de sable) et les mets près de mon oreille.
    Tes photos sont trop canons (et j’ai hâte de voir la partie manquante)… comme toujours.
    Et gros calin pour la montée de la Soufrière!!

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 03 min

      J’aurai bien eu besoin d’une bonne dose de câlin le jour même, mais ta compassion me touche :’)
      On peux troquer la mer de Marseille contre ta tempête volontiers, même si c’est vrai qu’on serait carrément mieux les doigts de pieds en éventail à siroter de l’eau de coco à l’ombre d’un palmier ♡

  • Reply Léonor 24 février 2017 at 10 h 18 min

    Encore une fois, tes photos sont magnifiques ! Elles me replongent d’une façon surprenante dans mon voyage en Guadeloupe il y a plus de 10 ans. J’avais environ 14 ans et pourtant je n’en ai pas beaucoup de souvenirs, à part la mer, notre logement et quelques courtes images par-ci par-là. J’aimerais beaucoup y retourner pour la redécouvrir avec mes yeux d’adulte.

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 05 min

      À cet âge on ne peut pas avoir toute la maturité pour savourer comme il se doit un voyage, on est juste happy de bouger avec ces parents & de voir du paysage, c’est déjà pas si mal d’y être allée ;)
      Je te remercie pour ton commentaire et tes doux compliments comme à ton habitude ♡

  • Reply Anne 24 février 2017 at 12 h 35 min

    On avait hésité quand on a pris nos billets pour le Costa Rica. Tes images et ton récit me prouvent que la Guadeloupe aurait été un choix plus « sauvage », c’est superbe!

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 05 min

      Le Costa Rica n’est pas assez sauvage à tes yeux ?
      Je ne connais pas alors je ne peux pas juger, mais je pensais que c’était une destination très wild quand même ..

      • Reply Anne 5 mars 2017 at 15 h 49 min

        On a trouvé que c’était très aseptisé, beaucoup plus que le Brésil ou l’Argentine, par exemple. Justement, moi aussi, j’imaginais que c’était beaucoup plus sauvage!

  • Reply Céline 24 février 2017 at 12 h 37 min

    Bon voilà, grâce à toi j’ai envie d’y être là tout de suite maintenant. Je suis partie 4 fois aux antilles et à chaque fois….. Bref… Je pourrais y vivre je crois ! La souffrière, je ne peux que compatir… On se l’ait tentée au bout de nos trois semaines, crevés, épuisés par la chaleur, il avait fait deux énormes pluies diluviennes pendant l’ascension… J’ai pas tenu et on a fait demi-tour…. Un jour j’y retournerai :)
    Merci du voyage :) Bises.

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 07 min

      C’est sûr que grimper la Soufrière c’est physique & je ne m’y étais absolument pas préparé. D’ailleurs je ne m’attendais pas à ce niveau de difficulté pour être honnête, j’étais un peu trop confiante :’)
      Je ne sais pas si je pourrais vivre dans les Antilles, j’ai besoin d’un vrai hiver aussi (ma saison préférée), mais de temps à autre c’est vraiment très très agréable, et on y prend vite goût !

  • Reply Violaine 24 février 2017 at 16 h 43 min

    Ah, que de paysages paradisiaques ! Et la rando du volcan de la Soufrière a l’air vraiment impressionnante !

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 07 min

      Oh oui oui elle l’était et je suis tellement fière ! Une expérience que je ne suis pas prête d’oublier :)

  • Reply Céline 24 février 2017 at 19 h 47 min

    Qu’elles sont belles tes photos ! Comme tu le sais surement, je suis tombée amoureuse de la Guadeloupe dès que je l’ai découverte et j’aime y retourner dès que j’en ai l’occasion. Je ne connais pas la Désirade mais je me dis que ça devrait me plaire. Je compatis aussi pour la Soufrière, je me souviens avoir souffert un peu aussi mais tellement contente d’être arrivée au sommet (mais si on n’a pas vu grand chose une fois arrivés en haut, entre la brume et la pluie ;). Et j’ai vraiment hâte que tu trouves les mots justes pour nous raconter Marie-Galante, tellement belle !

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 08 min

      Merci Céline ♡
      Je me souviens que tes récits m’avaient inspiré avec tes belles photos !
      J’espère trouver les mots justes oui, c’est important pour parler de Marie-Galante !

  • Reply Julie / hors du temps 25 février 2017 at 14 h 49 min

    Les paysages (tant naturels qu’urbains) sont magiques, et donnent vraiment envie de découvrir les caraïbes :)
    Bon, et puis, je ne parle même pas de la plage et du beau temps :D

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 09 min

      Les plages ne sont plus que des détails après haha !
      Merci pour ton mot ici Julie, on se revoit vite j’espère. Bises ♡

  • Reply Stephanie 25 février 2017 at 17 h 17 min

    Les photos sont magnifiques ! Et en effet quand on est sur un archipel il faut essayer de voir un maximum d’îles, c’est le meilleur !

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 10 min

      Tout à fait, chaque île a vraiment son truc à elle, sa particularité, elles ne ressemblent absolument pas, c’est fascinant !
      Merci Stéphanie pour ton commentaire sur cet article ♡

  • Reply Melanie 25 février 2017 at 17 h 34 min

    J’adore tes photos comme d’habitude! Ton article donne vraiment envie de découvrir la Guadeloupe!! J’adore ce coté sauvage!

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 10 min

      Merci toi pour tes mots tout mignons ♡
      C’est une belle destination, et assez surprenante, je ne m’attendais qu’à des plages, j’ai vraiment été surprise !

  • Reply Tiphaine Mes Petits Carnets 26 février 2017 at 0 h 13 min

    Tu nous vends du rêve là Amélie !
    Ce soleil, cette mer, ce ciel, ces couleurs…. Je peux traverser mon écran ??

  • Reply mzelle fraise 26 février 2017 at 17 h 01 min

    Ton voyage en Guadeloupe fait remonter beaucoup de souvenirs, j’y suis allée plusieurs fois enfant, ainsi qu’en Martinique, et je garde un truc très particulier avec les îles et les régions tropicales :) Ne serait-ce que lorsque tu descends de l’avion et que tu es enveloppée par cet air chaud et humide si particulier, les odeurs et les couleurs, tous les sens en éveil <3 ça fait partie de mes madeleines de Proust <3

    • Reply hellolaroux 26 février 2017 at 23 h 13 min

      Oh oui cette enveloppe d’air chaud ! J’ai véritablement grimacé quand je suis arrivée, je ne m’y étais tellement pas préparé !
      Ce fut un vrai choc thermique pour le coup :’) J’ai des cousins martiniquais (qui vivent en métropole par contre) & j’aimerai bien pouvoir découvrir cette île des Antilles aussi. En tout cas c’est une jolie madeleine de proust ♡

  • Reply Julie 27 février 2017 at 13 h 20 min

    Oh les photos de la Soufrière dans le brouillard <3 J'imagine que vous étiez un peu déçus de ne pas voir de vue lointaine après une ascension si physique mais qu'est-ce que ça rend bien <3

  • Reply Eloïse 27 février 2017 at 15 h 52 min

    Je ne connais pas du tout la Guadeloupe mais ton article éveille ma curiosité ! Cette île a vraiment l’air bien… et puis ces paysages embrumés sont magnifiques !

  • Reply Andréanne 1 mars 2017 at 2 h 44 min

    Merci pour cette beeeeeelle parenthèse ensoleillée :)

  • Reply padoune 1 mars 2017 at 23 h 11 min

    Heu pour répondre à ta question, non moi je ne le fais pas car j’ai toujours cru que c’était interdit de ramener ce genre de choses… et je me dis que si tous les touristes ramenaient coraux et coquillages ce ne serait pas une aubaine pour chaque écosystème, mais bon cela n’engage que moi..
    Mais revenons au sujet, la Guadeloupe, ton article est très intéressant car il montre un visage que nous ne connaissons pas forcément de cette île, et la nature, et ces vues, wow, la lumière est bluffante, j’adore, ça semble très sauvage, merci pour ce beau récit, et hâte de lire ton récit sur Marie Galante ;)

  • Reply Itinera Magica 2 mars 2017 at 13 h 41 min

    Superbe article ! Je suis folle des Caraïbes et je partage ton coup de coeur pour la Guadeloupe – et tout particulièrement pour Marie Galante, que j’ai adoré (j’en parlais sur le blog moi aussi). Je n’ai pas vu les Saintes, et tu me donnes envie ! Moi aussi j’ai adoré la végétation touffue de la Basse Terre… et les belles plages de Grande Terre.
    Je retourne aux Caraïbes en juin (Bahamas) et j’ai tellement hâte…

  • Reply Marie 3 mars 2017 at 12 h 22 min

    Quel bel article !!! J’adooore ta façon d’écrire et tes photos sont juste … wouah! Après ça je n’ai plus qu’une envie, prendre les billets d’avion et retrouver un petit peu d’été dans ces coins de paradis haha !

  • Reply Mélanie 4 mars 2017 at 19 h 02 min

    Wow, ton article est top! Surtout pour moi qui adore les blogs voyages :) J’aime aussi ramener des coquillages comme toi hahha
    Bisous ma belle, merci de nous faire rêver!

  • Reply Florence 8 mars 2017 at 11 h 08 min

    Ce n’est pas facile de lire tes récits et d’admirer tes photos quand on est assis face à un ciel gris et pluvieux… Clairement, cet article m’a évadée le temps de la lecture et j’en ai plein les yeux!
    Chère Guadeloupe… on se verra bientôt :)

  • Reply Mathilda 12 mars 2017 at 18 h 15 min

    Quel merveilleux article, je donnerais tout (sauf mes chats) pour partir loin, loin, au soleil dans les Antilles… Parce que là, la pluie, y’en a marre! J’veux du soleil moi!
    Bises bises,

    Mathilda du blog http://lesmatinscotons.fr

  • Reply Lauriane 14 mars 2017 at 22 h 31 min

    C’est souvent quand on est seul(e) ou entouré de gens qu’on ne connaît pas bien qu’on est les plus forts :) Je remarque que je suis toujours toute nulle avec mon copain (enfin pas toujours ^^) et que sinon je gère, alors bien joué pour la Soufrière ! La Guadeloupe et la Martinique n’étaient pas les îles caribéennes qui m’appelaient le plus, je suis en train de revoir mon avis avec tes belles photos !

  • Reply Elodie 19 mars 2017 at 21 h 00 min

    Tes photos sont folles ! Je suis un peu triste de ne pas avoir pu faire la soufrière ça avait l’air canon <3

  • Leave a Reply