Chaque 8 juin se tient la journée mondiale des océans, les bonnes intentions et tweets engagés pleuvent sur le web. De plus en plus de gens se sentent concernés, se mobilisent et ça fait du bien ! Protéger les récifs coralliens, préserver nos écosystèmes marins, c’est un sujet qui me tient à cœur et sur lequel j’avais envie d’écrire par ici. La prise de conscience est là, mais quelles sont les options pour nous voyageur et consommateur dans cette bataille pour sauver nos océans et le poumon de notre planète Terre ? 

 

 

Je sais, c’est un article qui sort un peu de la norme. Vous êtes davantage habitué à lire mes carnets de voyages, mes conseils pratiques d’ici et là, mais depuis que je suis à Montréal, je rêve à d’autre chose et de franchir certaines barrières que je m’étais moi-même imposée. Je n’ai jamais aimé les cases, être identifiée par une seule facette. Je suis un blog voyage oui, mais par extension j’ai envie aujourd’hui d’aborder d’autres sujets (qui restent en rapport avec le voyage évidemment). Promis il n’est pas question de vous faire un comparatif de valises à roulettes ;).Pour ce premier nouvel article, j’avais envie de vous parler, même si ce sera sûrement un peu maladroit, d’un sujet qui me touche beaucoup : la protection du corail et des fonds marins. 

 

 

 

Pourquoi protéger les récifs coralliens ? 

 

Bien que le corail ne représente “que” moins de 1% de la surface des océans, il est l’habitacle de très nombreuses espèces et abrite à lui seul 25% de la biodiversité marine. 25% oui c’est énorme quand on remet le tout à son échelle ! Mais les écosystèmes marins ne sont pas les seuls à bénéficier de la présence irremplaçable des coraux. Nous, l’homme, aussi en bénéficions chaque jour notamment sur les littoraux où les coraux ont leur rôle de rempart contre les océans en colère. Ils réduisent ainsi les impacts de tempête, marées ou encore érosion sur nos façades maritimes. Pourquoi les coraux sont-ils si importants ? Je vous invite à lire l’article complet et en détail de Coral Guardian

Quelles sont les causes de la disparition massive du corail ? Quels sont les responsables ? Qui doit-on pointer du doigt ? À dire vrai, nous le sommes tous, à des échelles certes bien différentes. Il est certain que le principal coupable reste l’activité humaine dans sa globalité. Des techniques de pêche pas du tout écologique (celles qui utilisent le cyanure et la dynamite notamment car plus facile pour attraper le poisson), à la pollution toujours plus présente malgré les campagnes de sensibilisation toujours plus nombreuses. Les déchets marins que nous jetons quotidiennement et qui naviguent le long des océans en répandant la mort sur leur passage. Le plastique, ce véritable fléau en est pour beaucoup ! Je crois que rien ne m’énerve plus que lorsqu’une personne jette l’un de ses déchets plastique devant mes yeux ! Cela fait des années que je n’achète plus de bouteilles d’eau, que je ne prends plus les sacs plastiques qu’on me propose dans les supermarchés. On parle de ces petites habitudes comme de grands pas, alors que dans le fond il n’y a rien de plus simple. 

L’investissement se fait dans un tote bag, une gourde et c’est déjà un bon début ! 

 

 

protéger récifs coralliens

 

 

10 000 ans 

c’est le temps de formation

d’un récif corallien 

 

 

La protection des fonds marins et du corail est l’un des plus gros enjeu écologique de ces dernières années. Vital. Au même rang que la préoccupation des dernières semaines sur les abeilles, les océans (avec les forêts bien évidemment) sont notre poumon. Le moteur, le cœur de notre planète. Sans eux, où seront-nous dans quelques décennies / siècles ? Peut-on vivre sans eau ? La réponse est claire, concise, irrévocable : non ! Si on écoute les chercheurs, en l’état actuel des choses, les récifs coralliens pourraient disparaître d’ici 2050 ! En l’espace de quelques mois déjà, force est de constater que 30% des récifs coralliens de la Grande Barrière de Corail en Australie ont tout simplement … disparu. C’est effrayant, terriblement alarmant ! 

 

 

snorkelling en EstérelCession snorkelling en Estérel !

 

 

 

Les crèmes solaires qui

respectent les océans 

 

Les grandes vacances viennent de débuter et comme chaque année des milliers de crèmes solaires vont s’écouler dans les magasins. C’est le moment (ou jamais) de bien communiquer sur les produits potentiels que vous allez acheter. Une étude a été menée en 2008 (et oui le phénomène des crèmes solaires toxiques n’est pas récent) démontrant qu’en l’espace d’une baignade après seulement 20 mn d’application d’une crème, c’était pas moins de 25% de composants chimiques se répandant dans les mers et océans.

 

Bien choisir sa crème solaire bio !

 

Je vous en ai déjà parlé suite à mon voyage à La Réunion mais aussi au Sénégal, j’utilise depuis des mois maintenant la marque EQ Love. J’en parle volontiers encore une fois car force est de constater le nombre de demande / conseil croissante sur twitter. Cette dernière est BIO, 100% origine naturelle, c’est une marque locale de Biarritz et elle protège les récifs coralliens et les fonds marins. Le top ! Sa texture a plus de matière qu’une crème solaire habituelle (de type Garnier, Mixa) ; elle n’est pas liquide mais s’apparente davantage à la texture d’un masque. C’est surprenant au début mais on s’y fait vraiment vite. Les résultats sont tout aussi optimaux que mes précédentes crèmes et l’indice de protection monte jusqu’au 50 (c’est d’ailleurs cette protection que j’utilise personnellement). Le budget est plus conséquent qu’une crème solaire basique, mais achetant 2 tubes par an, je ne trouve pas que cela soit un énorme investissement (en comparaison avec ce que ça change d’utiliser une crème bio). 

Si vous souhaitez opter une démarche plus écologique quant au choix de votre crème solaire pour vos prochaines vacances au soleil, notez bien que les substances à bannir de vos crèmes solaires sont la benzophenone-3 et l’Ethylhexyl Methoxycinnamate. Il y a bien d’autres marques bio mais je n’en connais pas personnellement encore. Je viendrai mettre à jour cette article si je découvre de nouvelles marques respectueuses des océans et qui ont à cœur elles aussi la protection des fonds marins. 

 

crème solaire bio

 

 

Initiative à suivre & ressources : 

— Hawaii a décidé très récemment d’interdire les crèmes solaires qui ne respectaient pas les coraux en votant une loi qui devrait être appliquée d’ici janvier 2021. C’est ce type d’initiative, de prise de conscience des politiques, qui j’espère va se mettre en place de manière récurrente dans les mois à venir. À La Réunion déjà certains prestataires de service (comme lorsque nous avions fait du kayak de mer) interdisent à leur client d’utiliser de la crème solaire avec des substances nocives. Croisons les doigts pour que le phénomène puisse prendre encore de d’ampleur et qu’Hawaii ne reste pas un simple cas isolé.

— À noter aussi, le projet Pejarakan de Pur Projet & Avène visant à restaurer et préserver le corail à Bali. Je vous invite, en plus des informations à retrouver sur le site de Pur Projet à lire l’article de Noémi qui a pu rencontrer les acteurs de cette initiative directement sur le terrain. Une bien jolie expérience ! 

— Je vous invite également à lire l’article de Surfrider nommé “les récifs coralliens, source de vie menacée”.

— vous saviez que 2018 était l’année internationale des récifs coralliens (ICRI) ? Plus d’information sur l’initiative ici

 

 

 

Est-ce un type de billet que vous avez envie de lire de temps à autre ici ? J’ai d’autres idées / sujets que j’aimerais mettre en lumière, toujours en rapport avec l’écologie ou le soutient local dans les pays en développement. C’est un petit changement par ici mais j’aimerais que ça vous plaise (à hauteur de mon enthousiasme), que ça vous parle et que vous vous sentiez concernés ♡

 

 

Disclaimer — cet article n’est pas sponsorisé, par qui que ce soit !