Il est certainement le phare le plus mignon de tout le Québec. Aiguilles du temps à l’arrêt, zénitude maximale. Dormir dans un phare le temps d’une nuit, c’est la garantie de revenir subjugué.e par la beauté froide qui trône sur l’énigmatique fleuve Saint-Laurent. Suivez le guide pour vivre une expérience insulaire et unique à vivre au moins une fois lors d’un voyage au Canada



intérieur phare ile-du-pot


L’expérience inusitée à vivre dans le Bas-Saint-Laurent


À une dizaine de kilomètres de Rivière-du-Loup, trône, fier, depuis près de 158 ans, un joli phare blanc et rouge qui domine la seule île habitée de l’archipel. Il arbore les couleurs traditionnelles de ses frères et pourtant, offre bel et bien une expérience inusitée atypique. Coincé dans les marées terribles et les courants insolents du fleuve, ce phare est une ode à la liberté ; celle qu’on ressent à chaque visite dans les maritimes. L’image est clichée, pourtant bien réelle : les cheveux au vent, l’esprit qui navigue et divague, le charme d’antan opère immédiatement. Petit, presque discret dans l’immensité du Bas-Saint-Laurent, le phare de l’Île-au-Pot-à-l’Eau-de-vie demeure certainement le plus mignon de tous. 


expérience insolite au Québec
dormir dans un phare au Québec
blog de voyage au Québec
où dormir dans un phare au Canada

Le traversier couleur métallique largue les amarres du port de Rivière-du-Loup. Les voyageurs plus téméraires montent sur le pont quitte à braver les vents souvent coléreux du fleuve. Les autres restent nez collé aux hublots. Progressivement, le phare de l’île au Pot se grandit. Abandonné en 1964 puis restauré en 1989, l’île qui voit passer les voyageurs en quête d’ailleurs de quelques heures à la nuit, héberge aussi deux gardiens protecteurs des lieux. Un ponton de bois quelque peu bancale nous permet alors de rejoindre cette île rocailleuse qui ne doit pas mesurer plus de 1 ou 2 kilomètres carrés. Une passerelle historique se dresse alors entre la faune aviaire, le fleuve et les rêveries.

Ces sentinelles des mers fascinent à bien des égards les voyageurs amoureux des expériences insulaires. Qui ne se laisserait pas bercer par le clapotis si rythmique et hypnotisant des vagues ? Humer l’air marin qui semble revitaliser et purifier tout notre corps et notre esprit. C’est tout ce que l’on retrouve dans ce trio d’îles au caractère sauvage que sont Gros-Pot, Petit-Pot et Pot-du-Phare.

dormir dans un phare sur le saint-laurent
nuit insolite dans un phare
coucher de soleil ile du pot à l'eau de-vie
lever de soleil ile du pot bas-saint-laurent
coucher de soleil bas-saint-laurent


Maintenir un écosystème particulier : celui des îles


La société Duvetnor, organisme non lucratif fondé par le biologiste Jean Bédart, a pour vertu de protéger, tout en les sublimant, les îles de l’estuaire. Un levier de financement basé sur l’écotourisme et la récolte du duvet d’Eiders (très recherché en Allemagne et au Japon), permet à Duvetnor de protéger cet écosystème capital dans le fleuve. En effet, l’archipel des îles du Pot-à-l’Eau-de-vie est une place migratoire importante pour nos amis ailés. Certaines espèces d’oiseaux (goélands, cormorans à aigrette, petits pingouins, eiders) trouvent en ces îlots des refuges non négligeables à leur survie. Ici ils ne rencontrent pas de prédateur terrestre et peuvent ainsi se reproduire et nidifier tranquillement. 

ile du pot à-l'eau-de-vie au Québec
observation pingouin bas-saint-laurent fleuve
les iles du fleuve saint-laurent au Québec

observation des oiseaux duvetnor

C’est dans ce même objectif de protection que les sentiers sont fermés au public pendant la période de nidification en juin et juillet. L’occasion se présente alors de vous reconnecter à la nature comme jamais. Un promontoire est d’ailleurs prévu à cet effet ainsi que de longues chaises Adirondacks. La cerise sur le gâteau ? Une vue panoramique sur le fleuve et la côte du Bas-Saint-Laurent. Et si vous laissez glisser votre œil curieux à gauche au loin (mais pas si loin que ça) se dévoile, parfois sous le soleil, parfois dans la brume, l’île aux Lièvres ; l’un des autres sanctuaires pour oiseaux du fleuve.

Hors période de nidification, les sentiers de l’île principale sont ouverts. À marée haute il faudra profiter de la forêt épaisse et touffue de l’île. À marée basse, plutôt les roches ocres qui ne se dévoilent que timidement. Entre l’île du Pot du Phare et celle du Gros Pot à marée basse, une plage se dérobe et permet de dresser un passage éphémère permettant de rejoindre l’autre rive. Quelques instants, on s’imagine les contrebandiers de l’époque venant cacher leur trésor d’alcool ici.


voyager dans les maritimes au Québec

Dormir dans un phare : à quel prix ?

Toute expérience un peu originale et accessible à une poignée de voyageurs par an à bien sûr son coût. Le forfait proposé par Duvetnor comprend les traversées aller et retour depuis Rivière-du-Loup, une excursion commentée autour des trois îles, la nuitée au phare pimpant dans l’une des trois chambres aux airs de musée, l’accès aux sentiers (hors période de nidifications des oiseaux), le repas du soir ainsi que le brunch. 

À l’heure de sévères préoccupations écologiques, choisir et passer par des acteurs du tourisme responsable semble être une voie aujourd’hui inévitable pour conjuguer tourisme et respect de la faune et flore.

Tarif : de 190 $ à 225 $
1 877 867-1660 ; duvetnor.combassaintlaurent.ca
Mon conseil ? Réservez tôt !


intérieur chambre du phare ile-du-pot
dormir dans un phare duvetnor repas





⇒ Épinglez notre article sur Pinterest si toi aussi tu rêves de dormir dans un phare (au Québec) !

CANADA : dormir dans un phare au Québec




Dossier voyage au Canada :

VOYAGE AU QUÉBEC  —  VOYAGE AU NOUVEAU BRUNSWICK  —  VOYAGE EN ONTARIO  — VOYAGE EN ALBERTA — VOYAGE AU YUKON