Le stopover, cet arrêt de quelques jours qui permet de combiner 2 destinations, vaut-il réellement le coup ?  Retour sur notre expérience de voyage en Islande et à New York, 2 en 1 ! 

 

L’occasion de faire un stopover en Islande s’est présentée à nous.
Et puis, les mots m’emportent tellement, que je vous parle aussi de la beauté de l’Islande un peu beaucoup avant même de rentrer dans le récit plus détaillé. J’avais partagé à chaud sur le départ mes impressions qui précédaient ce beau double-voyage KEF – JFK. Et comme souvent dans l’avion mes yeux ne se fermant pas, j’ai alors griffonné sur ce moche calepin rose ces moments pour qu’ils deviennent immuables.

stopover Islande, blog voyage

Lovée dans ces sièges trop durs, je n’arrive pas à trouver sommeil. Je suis une hyper-active, je ne tiens pas en place, je dors en chien de fusil et j’ai terriblement besoin de place. L’aération assèche ma mâchoire. Les chaussures défaites, les jambes pliées frottant le plastique du plateau, je m’occupe en devinant les paysages qui se dessinent sous mes pieds. Je rêve d’un avion transparent. Allongée, là, sur le ventre comme devant un bon film, à se régaler de ces moments éphémères. Comme une bonne vieille VHS qu’on voudrait rembobiner encore et encore. On dépasse l’Écosse, ces îles de toute beauté. Collées à cet hublot froid, j’veux pas en louper une miette.

Le soleil rase l’horizon. Les derniers rayons viennent caresser la joue gauche de Benjamin pour finalement le réveiller et l’entourer d’une aura lumineuse. La lumière lui mange littéralement le visage, je pourrais lui vouer un culte à ce moment précis. Je me rends juste compte que je l’aime. C’est simple, c’est bien assez, c’est juste vrai !

Le soleil n’est plus, du moins ces rayons chauds ne viennent plus illuminer ces terres vierges et blanches battues par les flots de l’Atlantique. Explorateurs modernes, notre première vision de la terre ferme, de celle qu’on s’apprête à fouler, à conquérir. Je lance un regard à ces quelques hommes autour de moi, certains regardent leur portable, d’autre dorment encore. Pauvre fous ! À perte de vue il n’y a rien, quelques volumes ici et là. Les vagues dansent, il y a du courant. Des tâches blanches viennent se noyer dans le bleu profond cobalt de l’océan glacé. J’imagine des bouts d’iceberg, Ben lui m’affirme que ce n’est que l’écume irascible.

On finira par atterrir sous un fond rosé, plus intéressant que celui de mon carnet, jusqu’à ce que la nuit dévore l’île et nous plonge dans des ténèbres joyeuses. Les sapins lumineux ponctuent les routes, les guirlandes semblent danser sous l’impulsion des bourrasques, nous sommes le 18 novembre et l’atmosphère de Noël règne en maître. Le stopover commence déjà !
Le lendemain on s’mettra en route, il fera encore nuit le temps de quelques bornes. Et puis le soleil reviendra pointer son nez, il nous quittera plus de ces 3 jours, baignant de lumières ces paysages succincts, ces paysages magiques, ces paysages lointains. 

 

stopover Islande, Icelandairstopover Islande, Icelandairstopover Islande, IcelandairStop over Islande, Icelandair

 

.
Voyager en Islande le temps d’une escale, bonne ou mauvaise idée ?

Nous sommes restés 72 heures en Islande. Sur ces quelques petits jours, on aurait pu en voir plus pour certain, quand d’autres pensent que nous en avons déjà trop vu. Il y aura toujours des détracteurs et puis nous sommes tous différents. Chacun fait comme bon lui semble non ? Nous n’avions pas envie de courir, mais nous voulions avoir à minima un aperçu afin de nous mettre l’eau à la bouche. En tant que voyageurs responsables, nous n’avons pas fait ce stopover dans le but de “consommer” l’Islande. Courir à droite à gauche pour fièrement piner une destination de plus à notre maigre palmarès ; très peu pour nous !

On nous a demandé sur instagram quelle était la meilleure période pour visiter l’Islande. Difficile de répondre à ce point, tout dépend de vos envies. Nous planifions d’y retourner l’année prochaine, à la même période. Pourquoi ? Parce que novembre – décembre c’est la saison intermédiaire entre les foules d’été et le vide de l’hiver. Les établissements sont encore ouverts, il y a de la neige, mais pas dans le sud encore (ce point varie en fonction de la météo bien sûr). Ça permet de varier de paysages immaculés de blanc à d’autres sous leur air automnal et ainsi observer une belle palette de tons. Et à cette période les aurores boréales sont là ; nous avons même eu la chance de les observer lors de notre dernière nuit. 

stopover Islande, blog voyage

.
Le stopover d’icelandair c’est quoi exactement ?

Le #mystopover est une escale en Islande d’une durée de 01 à 07 jours (à l’aller et / ou au retour), c’est vous qui choisissez. Cette escale est gratuite dès lors que vous réservez un billet d’avion vers l’Amérique du Nord. Cela ne veut pas dire qu’elle est incluse automatiquement, c’est à vous de choisir l’option lors de la recherche des billets. En plus concret, si comme nous vous planifiez un voyage à New York (ou Chicago, Boston, Montréal …), vous avez cette possibilité de faire une escale en Islande.
Pour nos amis canadiens qui nous lisent, le stopover marche aussi de votre côté lors de votre vol transatlantique. 

— Vols à partir de 251 € / AR
Plus d’informations sur le site d’Icelandair  

 

.
Les avantages du stopover :

— c’est avant tout une belle occasion de combiner deux destinations en un seul voyage. 

— le décalage horaire avec l’Islande n’est que d’une heure certes, mais le fait de s’y être arrêté à réduit le décalage avec New York. Le lendemain de notre arrivée aux États-Unis le jetlag ne s’est absolument pas fait sentir. Contrairement en Guadeloupe où je m’étais levée à 04h00. 

— si votre budget est serré vous pouvez tout de même faire un city trip à Reykjavik qui, à tort, est délaissée et vaut vraiment le coup

+ voyager avec Icelandair c’est s’assurer d’un bagage de 23 kg en classe économique et de deux bagages (toujours de 23 kg) en classe supérieure compris dans le billet ; contrairement à WOW Air qui surtaxe les bagages. 

 

.
Les inconvénients & points à ne pas négliger :

— si le stopover en Islande est gratuit, prenez en compte que la vie là-bas est très chère. Imaginons, vous vous dites “cool, je reste 07 jours”, bonne décision vraiment, mais ré-évaluez votre budget sur place. 

— il va falloir faire de sacrés choix et je peux vous dire d’ores et déjà que ce fut la partie la plus dure. Il faut rouler plusieurs heures pour aller d’un point à l’autre et il serait dommage d’aller en Islande pour rester dans la voiture.

 

 

Geysir, Islande stopoverGeysir, cercle d'or IslandeGeysir, cercle d'or Islande

Geysir, cercle d'or Islande
Geysir, cercle d'or IslandeGeysir, cercle d'or Islande
Geysir, cercle d'or IslandeGeysir, cercle d'or IslandeGeysir, cercle d'or Islande

 

Faire un road trip en Islande 

Nous privilégions toujours ce mode de transport pour une totale liberté comme lors de notre road trip en Croatie. Pour nous rendre jusqu’à Vìk nous sommes passés par l’agence Guide to Iceland*. Professionnelle et réactive à nos mails (on avait du changer notre heure à la dernière minute). Attention toutefois, il n’y a pas beaucoup de panneaux de signalisation. Renseignez-vous des vitesses suivant les différentes routes (goudron ? gravier ?). On s’est laissé avoir en suivant une voiture devant nous et on s’est fait flasher. Le lendemain matin le prix de l’amende avait été retiré via l’agence (ça ne traîne pas là-bas!)

* Guide to Iceland est une plateforme / agence locale, c’est-à-dire que vos interlocuteurs sont Icelandais, c’est quand même plus cool de suivre les conseils d’un local. Vous trouverez sur leur site des articles d’inspi et des conseils pour bien préparer votre voyage en Islande,  ainsi que la possibilité de réserver une location de voiture (comme pour nous), des activités ou des hébergements.

Plus d’informations sur Guide to Iceland

 

Pour ceux néanmoins qui n’ont pas le permis ou qui ne souhaitent pas conduire à l’étranger, Reykjavik Excursions organise des activités et sorties au départ de la capitale. Ils sont d’ailleurs vraiment au point au niveau organisation, ce qui nous a d’ailleurs agréablement surpris. Au petit matin la navette vient vous prendre à l’entrée de votre hôtel, puis vous emmène à leur terminus où différents bus vous attendent. À vous de choisir le votre : “Excursion blue lagoon”, “Excursion golde circle + spa”… Puis, le soir venu, la navette vous ramène devant votre hôtel.

Plus de renseignements sur les différents tours ici

Spa Fontana, stopover Islande

 

S’équiper pour l’Islande

Bien que nous n’ayons pas voyagé en Islande au coeur de l’hiver, les premiers prémices étaient déjà bien avancés. Et l’ennemi numéro 01 reste le vent, comme dans tous pays nordiques. 
Pour être honnêtes, on s’y est pris un peu à l’arrache sur ce point en pensant que ça irait. Finalement oui nous avons survécu, mais nous étions à la limite tout de même. Je me souviens encore du vent glacial le soir de notre arrivée. Je n’avais qu’un jean et le ressenti était de – 04 degrés. Il était 18h00 et je ne sentais plus mes jambes au moment de rentrer à l’hôtel. 

Pour les journées, nous avions opté pour la technique de l’oignon, à savoir superposer différentes couches. Voici le peu d’affaires qu’on avait embarqué et qui nous a tout de même sauvé les miches : 

— une paire de chaussette de ski (nous n’avions qu’une simple paire de basket)

— les vêtements HEATTECH d’Uniqlo : tee-shirts manches longues et legging extra-warm : parfait !

— 02 paires de gants : une paire de sous-gants, l’autre des moufles en faux poil, c’était un bonheur pour mes petits potons

— au-dessus du tee-shirt Uniqlo je portais mes pulls chouchou d’UO, un coupe-vent léger mais très pratique et finalement une doudoune HM qui aux premiers abords n’avait pas l’air très chaude puis finalement ..

+ une méga écharpe

+ Pensez aux forfaits free (comme nous) qui offrent 35 jours en illimité et jusqu’à 3Go dans différents pays, dont l’Islande et New York ! 

 

72 H en Islande — nos étapes & coups de coeur 

Je le répète mais évidemment 72h c’est bien trop court. Le stopover n’est qu’une mise en bouche, nous avons mordu à l’hameçon et nous reviendrons très vite c’est certain. Voici tout de même un aperçu de ce qu’il est possible de faire en Islande. À noter qu’à cette période le soleil se levait à 10h et se couchait vers les 16h :

— le cercle d’or : Geysir, Þingvellir et Gullfoss (quelle puissance)

— Reykjavik, vraiment, ne la négligez pas !

— Skogafoss

— épave du DC3

— Reynisfjara et ses orgues de basalte, et tout près la Dyrhólaey Arch

— profiter du Spa fontana (moins fréquenté que le Lagon bleu)

— s’arrêter à la boutique Geysir, ne pas craquer sur les pulls trop chers mais craquer sur une carte vintage de l’Islande

 

stopover Islande, blog voyagestopover Islande, blog voyage

stopover Islande, blog voyage
stopover Islande, epave DC3
stopover Islande, DC3stopover Islande, blog voyage
stopover Islande, road trip
stopover Islande, Ben
stopover Islande, road tripstopover Islande, blog voyagesunset Islande

 

Pour conclure simplement, oui le stopover est une bonne idée. Même excellente, car si dans le pire des cas vous ne tombez pas sous le charme du pays vous n’aurez pas pris trop de risques ni dépensé trop d’argent. À contrario, ce qui risque fort d’arriver,  l’Islande marquera vos esprits et tout juste rentrer que vous voudrez déjà repartir. Ce qui finalement est une bonne chose pour le tourisme là-bas !
Je fais partie de ces gens qui râlent quand un endroit est envahi de touristes. Je fais partie de ces gens qui aimeraient garder secret certains endroits, les voir préserver et non piétiner. C’est égoïste ! Le monde est fait pour être découvert, on ne peut pas trier les “bons et mauvais voyageurs”. C’est une attitude personnelle à opter. À chacun d’être responsable ! 

 

+
Reportage photo Icelandair & Guide to Iceland.  Merci Laure & Émilie.
Je reste libre de mes choix éditoriaux évidemment. N’hésitez pas à partager vos expériences de stopover et vos récits de voyage en Islande en commentaire.

Les copains de Retour du Monde et du blog Un cercle parlent très bien de l’Islande aussi, filez voir !