Voyager en van, voilà bien un rêve de beaucoup de voyageur, digital nomad et autre aventurier.
Vous avez toujours rêver de partir en road trip avec un fourgon aménagé sur les routes d’Europe, à la conquête du Canada ou encore des États-Unis ? Cet article pour réussir votre voyage en van est alors fait pour vous !

 

Au vue des dernières tendances instagram et au nombre croissant de fourgons vendus et rénovés, pas de doute le voyage en van n’a jamais été aussi tendance que cette année ! Même les voyageurs les plus casaniers se prennent à rêver de liberté et de longues traversées. Cette nouvelle façon de voyager, libre et au plus proche de dame nature, demande cependant un minimum de préparation avant le voyage et une sacré dose d’adaptation. Voici sur notre blog de voyage, notre petit manuel de conseils pour vous aider lors de vos prochaines aventures en van aménagé. Que l’aventure commence !

 

conseils pour voyager en van aménagé en Europe

 

Faire un road trip en van aménagé, voilà bien une énième et alternative manière de voyager que nous n’avions pas encore testé. Si nous adorons voyager en road trip (que ce soit sur les routes d’Andalousie , dans les confins de l’Islande et sur les routes solitaires des Highlands), la voiture nous sert généralement à relier un point A à un point B mais avec un pied-à-terre souvent un airbnb (vous n’êtes pas encore inscrits ? Hop, suivez ce lien et bénéficiez de 20€ sur votre première réservation). Si nous ne savions pas spécialement à quoi nous attendre, nous avons été conquis par ce mode de voyage insufflé des USA et devenu tendance depuis quelques mois maintenant chez nous en Europe. Plus que validé, aujourd’hui je rêve de voyager en van à nouveau, d’avoir cette vie de nomade sur les routes du Canada, d’Alaska ou des États-Unis. De vivre à nouveau cette “vanlife” afin d’être au plus près de la nature, de laisser place à l’improvisation et à la débrouillardise. J’aime bien ce mot vanlife, il m’évoque tout de suite la Californie.

Alors comment voyager en van : quelles sont les règles de savoir vivre à respecter, quels sont les avantages et inconvénients de ce mode de vie nomade ? Surtout pour les filles qui voyagent ? (je pense notamment pour l’hygiène). On vous dit tout, du moins on va essayer :)  

 

 

 

 

Voyager en van :

une autre façon de voyager

 

 

 

 

“Voyager en van et faire un road trip c’est finalement un peu la même chose ?” Oui et non j’ai envie de vous répondre. Il y a le road trip dit classique : on part sur les routes avec au préalable (ou non) prévu un toit ou dormir. Beaucoup de voyageurs optent pour regarder au fur et à mesure du road trip les disponibilités sur Booking, ce qui permet d’avoir une flexibilité de programme maximale. Il y a ensuite le voyage en van : on part sur les routes oui, on peut ou non avoir réservé un camping pour se garer et passer la nuit (suivant les réglementations en vigueur dans chaque pays), mais on peut aussi, quand le pays le permet, faire du camping sauvage et c’est là où se trouve la nuance. Tu roules, tu t’arrêtes quand tu veux. Tu trouves un spot idéal face à la mer, tu décides de t’arrêter là et y dormir. Si le road trip évoque la liberté, le voyage en van en est son apogée ! Si le road trip suggère le nomadisme et les longues traversées, le voyage en van lui est un vrai mode de vie et non un simple moyen de déplacement. De plus, le voyage en van est une manière de communier avec la nature, bien plus forte encore, que lors d’un road trip. 

 

 

 

 

faire un road trip en van aménagé

.
Sur les routes sinueuses de Corse — au loin la réserve naturelle de Scandola

 

 

 

 

Règle 1 : trouver SA place !

 

 

 

 

Voyager en van aménagé limite les espaces intimes et réduit les surfaces individuelles. On peut vite se monter dessus dans un fourgon aménagé qui mesure à tout casser 4 mètres carré. Le plus difficile dans ce nouveau mode de voyage est de trouver sa place. Ne pas se sentir piétiner par l’autre c’est important, au risque de ruiner cette aventure. Je ne parle pas seulement d’une place physique, mais bel et bien d’une place dans la contexture du nouvel espace. Une place attitrée pour ranger ses affaires, une place lorsque l’on est à l’arrêt et qu’on veut se poser et lire un bouquin. Une place dans l’organisation quotidienne des tâches.  L’un s’occupe du repas, pendant que l’autre installe la couchette. Au début et surtout lors de la première expérience on s’éparpille vite ; on veut tout faire pour finalement perdre du temps bêtement. 

Il nous a fallu 2 jours pour trouver notre rythme lors de notre road trip en Haute-Corse. Quand Ben le matin faisait la vaisselle, je m’occupais de plier les affaires, ranger et désinstaller les toiles des vitres. On se rejoignait chacun d’un côté du van pour replier la couchette. Il n’y a vraiment rien de bien compliqué dès lors que le dialogue est installé, que les 2 (ou plusieurs) personnes s’écoutent et se partagent les tâches. La clé d’un voyage en van réussi c’est l’organisation. Pas de magie, juste de l’écoute. Chacun trouvera naturellement les tâches dans lesquelles il se sent le plus à l’aise. Enfin, sans être maniaque, il faut toutefois penser que chaque objet doit trouver sa place. L’optimisation du van est quelque chose de primordial pour ne pas être submergé et finir par se sentir étriqué. 

 

 

 

 

voyager en van en coupleconseils voyager en van aménagé en Europeconseils voyager en van aménagé en Europe

voyager en van et dormir à la belle étoile
voyager en van et dormir à la belle étoilecamping sauvage Corse
dormir sous les étoiles en Corse

 

 

Voyager en van et l’hygiène (d’autant plus quand on est une femme) ?

L’hygiène intime est le point le plus tabou et qui pose le plus de questions quant à la réalisation d’un voyage en van aménagé. Contrairement aux camping-cars certains vans ne disposent pas de toilettes, ni lavabo (certains modèles ont des douchettes oui). Heureusement de nos jours il existe des lingettes pour faire sa toilette (de chat) qui sont bio-dégradables. Si nous avions opté pour ces lingettes, nous ne les jetions pas pour autant dans la nature (à disposition chaque jour nous gardions un petit sac poubelle que nous jetions ensuite lorsque nous traversions une ville dans les poubelles collectives). Nous ne sommes partis que 4 jours, les lingettes nous ont largement suffit, même si un jour je me suis lavée devant le van à l’eau bien fraîche avec un savon écologique. Si vous choisissez de dormir dans des campings les soirs, vous aurez accès aux douches et sanitaires. Si vous optez pour le camping sauvage, il est tout à fait possible d’aller dans les campings et demander gentiment un accès aux douches pour quelques euros. Possible également de s’arrêter dans les aires d’autoroute qui disposent de cabines de douches. 

Pour les toilettes, nous profitions dès que l’on traversait une ville de faire un crochet par les centres commerciaux. Il m’est déjà arrivé de demander poliment dans un bar-tabac. Près des plages il y a parfois des accès gratuits aux toilettes et si vous optez pour le camping, des toilettes sont à disposition également. Vous voyez, il y a toujours une solution. Le dernier recours et celui que certain(e)s redoute le plus : la nature ! Il n’y a rien de mal à faire pipi au grand air, c’est même naturel. Il est par contre évident de ne pas laisser traîner le papier utilisé (encore une fois, hop direction la poubelle journalière avec du papier bio-dégradable. Je n’aime pas spécialement voir traîner les papiers des autres quand je me balade en rando). Quand on choisit de voyager en van, il est évident que nous devons être conscient qu’il faudra se créer de nouvelles habitudes quotidiennes et de nouveaux repères. Les toilettes, pour les femmes notamment, font entièrement partie de cette faculté d’adaptation à laquelle vous serez confronté. Mais faire ses besoins dans la nature ne me pose absolument aucun problème personnellement et ne devrait pas être l’une des questions récurrentes que les gens posent avec gêne et à demi-mot. 

 

 

Et le confort ? 

Le confort dépendra du type de van que vous allez choisir. Si pour l’instant nous ne sommes passés que par la phase “location” il est évident que les voyageurs qui choisissent d’investir dans ce type de véhicule peuvent se modeler un vrai petit cocon. Le manque d’espace n’est pas synonyme de manque de confort bien au contraire. Lors de notre expérience en Corse, nous avons été bluffés par la qualité de la couchette. À première vue, elle était assez fine et ne payait pas de mine et pourtant nous dormions comme des petits bébés. 

Et le confort de conduite ? Un autre point important qu’il ne faut pas négliger. La routes et les longues distances faisant parties intégrales du road trip. Personnellement, et même si je ne dors jamais quand Ben conduit, n’ayant pas le permis, je parle au nom de Ben. Nous n’avions pas un gros van et la conduite était similaire à celle de l’Espace qu’il a l’habitude de conduire. Quand tout est replié, la visibilité est la même derrière. Mentalement, comme pour lui et pour moi, le fait de savoir que l’on peut s’arrêter comme bon nous semble, de savoir que personne nous attend, qu’on ne doit pas faire de check-in à une heure précise, aide à apprécier davantage la conduite et les kilomètres qu’on s’enfile. À tout moment, on a le libre arbitre de dire “OK, stop !”. Ce qui facilite vraiment la conduite. 

 

 

Voyager en van, une option moins chère ?

L’économie de coûts n’est pas forcément la raison principale qui pousse les voyageurs à opter pour ce mode de transport même s’il est indéniable que les coûts d’un tel voyage soient bel et bien réduits. Certes, vous ne vivrez pas la même expérience qu’une nuitée dans un bel hôtel ou chez l’habitant, mais dans certains pays voyager en van porte à questionnement et favorise les échanges aussi. Je pense en Amérique latine ou en Asie. Au niveau des coûts réels, si l’essence et l’entretien du van seront vos principales postes de dépenses, les nuits vous coûteront 0 euros (sauf si le pays interdit le camping sauvage). De même pour la nourriture, il sera toujours plus rentable de faire des courses pour plusieurs jours en supermarché ou sur les marchés locaux pour s’approvisionner plutôt que manger lors de chaque repas dans un restaurant.

 

 

dormir à la belle étoile en Corse
location van aménagé en Corse : Black sheep
voyager en van aménagé
voyager en van aménagé

 

 

 

Le matériel indispensable

pour un voyage en van

 

Ceci n’est qu’à titre d’exemple, mais nous avons essayé de vous lister les choses à prévoir et à savoir avant de voyager en van : 

— un GPS, vaut mieux avoir le sien car les locations reviennent souvent plus chères. Un tom tom start fera très bien l’affaire !

— une douche solaire, indispensable davantage encore si vous ne souhaitez pas dormir dans les campings. Ce modèle est à moins de 12€ et peut contenir 20 litres. Des douches sont aussi disponibles chez Décathlon. 

— un convertisseur de tension pour brancher vos téléphones, ordinateur, batteries d’appareil photo. J’ai acheté ce modèle de convertisseur chez Amazon avant notre road trip en Écosse = parfait et indispensable si comme nous vous êtes digital nomad. 

— une glacière électrique pour prévoir des courses sur plusieurs jours

— une lampe frontale

— un sac de couchage si rien n’est compris dans votre location, ou un drap de sac suivant les températures

— une trousse de secours premier soin

— une liseuse Kindle pour le soir !

— une crème solaire BIO, j’utilise depuis longtemps maintenant la marque EQ lOve qui en plus respecte les océans et coraux !

 

 

 

Expérience 1 — notre voyage en van sur les routes de Corse

Parés du permis de conduire de Benjamin et pièce d’identité, pour notre première expérience de voyage en van, c’est en Corse que nous avons franchi le pas. Pour la location de notre van nous sommes passés par l’agence Black Sheep (basée à Bastia et Ajaccio). Nous avions le modèle le plus compact (le Campervan mini, à partir de 59€ / jour), pour quelques jours et une première expérience c’était amplement suffisant. Le van disposait d’une couchette, de deux duvets et oreillers, une table, deux chaises pliantes, un mini frigo qui se branche derrière le frein à main (idéal pour stocker fruits et légumes ou boissons et qui permet de manger plutôt correctement lors de votre road-trip), un réchaud et une bonbonne de gaz. Ainsi que tout le nécessaire pour cuisiner (assiettes, couverts, saladier, casseroles, égouttoirs, cafetière, liquide vaisselle écologique ..). Et parce que ce sont souvent les plus petites attentions qui font le plus plaisir, Yann avait ajouté de l’huile d’olive, du vinaigre, poivre et sel et des biscuits corse dans le mini-frigo.

Pour un road trip en Corse nous n’avions pas besoin de gps, ni carte routière. Mais pour les pays étrangers, n’oubliez pas de vous munir d’une bonne vieille carte. Les GPS peuvent à tout moment vous lâcher si le réseau laisse à désirer. Même constat pour les mobiles. De plus, louer avec un van avec l’option GPS se révèle être une option un peu coûteuse. 

Le camping sauvage est interdit en Corse, car il est dit que chaque bout de terre appartient à quelqu’un. Finalement, les trois nuits nous avons pu dormir en bord de mer, sans gêner quiconque. Il faut dire aussi que la haute-saison n’avait pas encore commencé. Il y a de ce fait, premièrement, peu de backpackers et que les campings que nous avions repérés n’étaient pas ouverts. Lors de nos trois nuits, nous n’avons jamais dormi près d’habitation, ni sur des terrains qui semblaient appartenir à quelqu’un. 

À combien s’élèvent nos frais pour notre road trip en Corse ? L’assurance de la location 116€ (la location nous a été offerte mais nous avons payé l’assurance) + compléter le réservoir 54€ + courses pour 4 jours soit 8 repas 50€ (en se faisant plaisir : pains au chocolat, fraises, pâté..). Total = 220€ pour deux personnes. (soit 27,5 € par jour et par personne)

Prudence sur les routes de Corse : vous pourrez croiser à tout moment, à chaque virage, une vache ou un porc sur le bord de la route dans le meilleur des cas. Et par moment en plein milieu de la route. Faites donc attention à la fois pour vous, mais pour eux aussi ! 

 

Mode d'emploi et conseils pour voyager en van

 

Disclaimer : cet article a pour but de vous aider si vous comptez sauter le pas et ainsi répondre à certaines questions que l’on se pose sur cette façon alternative de voyager. Article subjectif bien entendu qui démontre avant tout une expérience personnelle, je le souligne. Si pour l’instant nous n’avons qu’une seule expérience à notre actif de road trip en van aménagé, on espère vite remettre le couvert et étoffer nos conseils. N’hésitez pas aussi à partager vos expériences de vanlife ! 

 

 

 

 

 A R E  Y O U  O N  P I N T E R E S T ?

Vous aussi ça vous tente de voyager en van et de vivre la “vanlife” ? 
N’hésitez pas à enregistrer notre article sur pinterest :)

 

Mode d'emploi : voyager en van aménagé, nos expériences et conseilsMode d'emploi : voyager en van aménagé, nos expériences et conseils