Avec 400 kilomètres de sentiers pédestres, l’itinéraire de la GTJ a vraiment de quoi vous en mettre plein la vue. Si vous pouvez d’ores et déjà retrouver notre topo guide complet pour préparer la Traversée du Jura en 16 jours, dans cet article de blog nous vous proposons plutôt nos étapes coups de cœur. Du Doubs à l’Ain puis sans oublier le Jura bien sûr. Voici donc nos 10 étapes préférées à ne pas manquer dans les Montagnes du Jura, entre combes, crêtes, forêts et flore printanière.





La GTJ : une traversée mythique des Montagnes du Jura

Il y a certes bien des façons de traverser le massif jurassien. En VTT, en gravel, à cheval, en ski de fond, raquettes et même en ski nordique. En ce qui nous concerne, nous avons plutôt opté pour la traditionnelle randonnée pédestre. Adepte de la mobilité douce, nous avons adoré découvrir ce massif de moyenne montagne au fil de nos pas. À douce allure, en prenant le temps, en respirant la faune locale. Marcher c’est se retrouver avec soi-même, c’est aussi une façon de découvrir un territoire en profondeur. C’est donc au départ de Mandeure que nous avons emprunté la mythique Grande Traversée du Jura. Le plus de cet itinéraire ? Sa confidentialité. Loin des sentiers populaires (comme le Tour du Mont Blanc ou le GR 34), la GTJ bien que connue, reste intime. Et c’est un réel bonheur que d’évoluer seule dans ce massif transfrontalier.
















LA GRANDE TRAVERSÉE DU JURA EN 10 COUPS DE CŒUR

1 massif, 3 départements. Un adage qui pourrait à juste titre représenter toute la GTJ. Car en effet, l’autre force de la Grande Traversée du Jura se puise dans son extrême diversité de paysage. Tout en progression, le randonneur évolue alors sur un massif aux différents visages. D’abord, sous un trait plus luxuriant et bucolique, à l’image du Pays Horloger et des gorges du Doubs. Plus brut et sauvage lorsque l’on marche au cœur du parc naturel régional du Haut-Jura. Enfin, les étapes se veulent plus aériennes, plus alpines à l’approche de Culoz, dans l’Ain, qui marque l’étape finale de la GTJ. Voici donc nos 10 étapes préférées :







GTJ : Les plus belles étapes du Doubs

1) Les gorges du Doubs

Méandre naturel de 35 kilomètres, les Gorges du Doubs se découvrent sur deux étapes de la GTJ. Le sentier, très agréable, file alors sur les rives paisibles du Doubs. De l’autre côté du fleuve, c’est la Suisse. Le calme est roi dans ce paradis vert, luxuriant, où vous pourriez d’ailleurs même découvrir une cascade secrète.

Ensuite, à mi-parcours, dans cette vallée profonde, empruntez les “échelles de la mort” pour contempler les parois vertigineuses. Pour les plus aventuriers, il y a aussi une via ferrata avec ponts de singe et vue panoramique garanti. Le sentier de la GTJ se poursuit le long de cavités naturelles creusées au fil des siècles par l’érosion. Toujours très impressionnés, nous atteignons ensuite le Saut du Doubs. Célèbre cascade du parc naturel régional du Doubs, elle marque ainsi le point d’apothéose de ces gorges sinueuses. Pour terminer l’exploration et ainsi voir les gorges sous un autre œil, on vous conseille de faire l’excursion en bateau pour rejoindre Villers-le-Lac.

⇒ Conseil : loin des axes routiers, pensez à prévoir un ravitaillement à l’entrée des gorges à Goumois.

saut du Doubs étape de la GTJ
randonner sur la GTJ dans les gorges du Doubs
Les gorges du Doubs, une étape de la GTJ
via ferrata gorges du doubs








2) Le Pays de Montbéliard & le Pays horloger

C’est au pays de Montbéliard à Mandeure que l’itinéraire de la GTJ débute puis traverse ensuite une partie du pays Horloger (où se trouvent d’ailleurs les gorges du Doubs). Parcourir le fleuve naturel du Doubs à pied c’est avant tout traverser de belles prairies parsemées de champs de coquelicots et villages typiques franc comtois à l’image de Saint-Hippolyte. Les toits orangés se noient ainsi dans le vert intense du massif jurassien. Le cadre est champêtre, doux, bucolique, sous une météo optimale, le début de la Grande Traversée du Jura se fait alors tout en douceur.


village typique franc-comtois pays horloger








3) Le lac de Saint-Point

Lorsque l’on évoque les Montagnes du Jura, on pense tout de suite aux lacs turquoise (à l’image du belvédère des 4 lacs par exemple). Certes, ils comptent parmi les plus beaux endroits à voir. Cependant, ils ne sont pas réservés au seul département du Jura. Les Doubsiens, eux aussi ont leur pépite. Situé entre Pontarlier et Métabief, le lac de Saint Point figure parmi les plus grands lacs naturels de France. Selon la légende, il serait né à la suite d’un orage qui aurait englouti l’ancienne ville de Damvauthier épargnant une femme, son enfant et Point, l’homme qui les aurait recueillis prêtant ainsi son nom au nouveau lac. D’origine glaciaire, sa couleur hypnotise davantage lorsque vous êtes sur la GTJ face à Port-Titi. C’est alors depuis ces hauteurs que s’apprécie la beauté de cet ancien village de pêcheurs aux airs canadiens.


lac saint point Montagnes du jura
randonner autour du lac de saint-point
fougère-montagnes-du-jura
lac saint point belle étape de la GTJ








4) Le sommet du Mont d’Or

Si l’on peut très facilement ajouter le fromage du Mont d’Or dans un TOP des expériences à vivre dans les Montagnes du Jura, pour cet article de blog nous nous contenterons plutôt de parler du sommet éponyme. Le Mont d’Or, point culminant du Doubs, se trouve sur les hauteurs de la station de ski de Métabief. De ses 1463m d’altitude et évoluant entre alpages et falaises, il est notre coup de cœur de l’étape 8 de la Grande Traversée du Jura. Aérien, il offre alors un superbe panorama sur la Suisse et les Alpes. Incontournable, le sommet du Mont d’Or reste tout de même accessible facilement pour les non-randonneurs grâce à son parking.


sommet du mont d'or montagnes du jura
mont d'or étape de la traversée du jura













GTJ : Les plus belles étapes du Jura

5) Les sources de la Saine

Changement de département, pourtant toujours bel et bien sur la GTJ, nous arrivons ensuite aux portes du Jura. Avant de rejoindre le village de Foncine-le-Haut, il faut d’abord le temps de quelques pas, sortir du sentier officiel pour atteindre cette merveille naturelle. C’est ici que les eaux souterraines de la Saine trouvent alors surface dans ce chaos rocheux. Au fil des millénaires, les parois se sont dressées à la verticale, laissant l’eau jaillir des interstices et nourrissant ainsi cette rivière longue de 19km. Hors GTJ, vous pouvez aussi voir la Cascade du Bief de la Ruine, affluent droit de la Saine.

sources de la saine foncine-le-haut
randonnée sources de la saine foncine-le-haut







6) Les lacs de Bellefontaine et des Mortes

Depuis Chapelle-des-Bois, sur l’étape 10 de la randonnée, deux options s’offrent à vous. Le premier, officiel de la GTJ propose de randonner le long des prairies jurassiennes. Quant à la seconde, bifurquant sur le GR 5, il faut regagner le Massif du Risoux pour apprécier depuis les points de vue de la Roche Champion et de la Roche Bernard la beauté des lacs de Bellefontaine et des Mortes. Géographiquement ces deux lacs jalonnés de tourbières, marquent la frontière invisible entre le Doubs et le Jura. Selon votre chance, à l’ombre de regard discret, vous pourriez peut-être même entendre et observer le Grand Tétras qui a élu domicile dans cette réserve naturelle.

⇒ Suggestion : à Chapelle-des-Bois, on vous conseille de dormir aux Clochettes du Risoux, très sympa !


randonner dans le parc du haut jura GTJ
lacs des mortes et de bellefontaine étape GTJ








7) La forêt du Massacre

Depuis la station des Rousses, plus précisément au cœur du Parc naturel régional du Haut-Jura, nous rejoignons le belvédère des Dappes, marquant l’entrée de la forêt du Massacre. Pour comprendre son nom atypique, il faut tout d’abord remonter au XVI° siècle. En effet, la forêt tire son appellation d’un fait historique majeur de la région : l’affrontement entre mercenaires italiens envoyés par François Ier et l’armée du Duc de Savoie. Cette dernière, repoussée fut alors massacrée dans ces forêts éparses. Repère du Grand Tétras et du Lynx, elle abrite également le Crêt Pela (1495m), le plus haut sommet du département du Jura et de la région Bourgogne-Franche-Comté. Entre forêt et combes, on évolue ici dans un univers typique qui illustre bien, une fois de plus, tout le caractère du massif jurassien.












GTJ : Les plus belles étapes du Jura

8) Les crêtes de la Haute Chaine du Jura

Inscrite dans le Parc naturel régional du Haut-Jura, cette étape de la GTJ est la plus spectaculaire et la plus alpine. En effet, c’est ici que nous atteignons le sommet du massif jurassien : le Crêt de la Neige (1720m). C’est depuis la vallée de la Valserine à Lélex, qu’il faut d’abord emprunter un sentier abrupte pour rejoindre le refuge de la Loge. Dormez-y pour être sur place aux aurores. S’offre ensuite un itinéraire sur les crêtes de la Haute Chaîne avec à la clé les plus hauts sommets jurassiens et des vues panoramiques à couper le souffle sur le lac Léman et plus loin encore, par temps dégagé, le Mont Blanc.

Alors, le Crêt de la Neige est certes le sommet “incontournable”, pourtant toute cette portion de randonnée sur la haute-Chaine du Jura est incroyable. Le Reculet ou encore le Grand Crêt méritent tout autant l’effort. Il faut dire que les vues depuis la réserve naturelle sont époustouflantes. À l’ouest s’étend, comme dit précédemment, la vallée de la Valserine, quant à l’est, c’est le Pays de Gex et la Suisse que nous pouvons contempler.

⇒ Conseils : de Lélex à Bellegarde-sur-Valserine, il n’y a plus de point d’eau potable. Possibilité tout de même de se ravitailler au refuge de la Loge ($$).

⇒ Dans un but de conservation, je vous invite à vous renseigner quant aux interdictions mises en place par la Réserve naturelle. Elles concernant notamment le bivouac ainsi que les chiens.

sentier des crets depuis lelex

étape gtj crêtes du haut-jura
crêtes haute-chaine du jura
randonner sur le crêt de la neige








9) Le plateau de Retord

Situé dans le Bugey, le plateau de Retord c’est à la fois des paysages sauvages, paisibles et accessibles. À travers ses forêts, combes toujours et nombreuses fleurs sauvages, nous avons traversé ce plateau lors de deux étapes de la GTJ. Très apprécié des locaux, c’est un terrain de jeu XXL pour profiter activement de la nature été comme hiver : randonnée, VTT, raquette, ski de fond. C’est également le spot parfait pour bivouacer dans les Montagnes du Jura.


la grande traversée du jura plateau de retord








10) Le Grand Colombier

Col mythique des cyclistes (en 2020, il marquait la 15e étape du Tour de France), le sommet du Grand Colombier s’apprécie tout autant en randonnée. Dernière étape de notre Grande Traversée du Jura à pied, c’est avec un pincement au cœur que nous franchissons ses prairies d’altitude aux couleurs printanières, le regard rivé sur le lac du Bourget et le massif de Belledonne. Point culminant du Bugey (1531m), le Grand Colombier se pare du label Espace naturel sensible ainsi que celui de Site Natura 2000 pour son intérêt écologique. Même sous un ciel menaçant (à l’image de notre humeur tristoune), le sentier tout en fleurs nous permet d’apprécier tulipes sauvages, narcisses et orchidées.

Deux tables d’orientation sont présentes sur le parcours de la GTJ :

  1. “La Croix” (1525m)
  2. “Le Fenestrez” (1150m), c’est le dernier panorama de la GTJ avant d’entamer la descente finale jusqu’à Culoz

flore montagnes du jura
vue sur le lac du bourget depuis le grand colombier
sommet du grand colombier fin GTJ
top 10 étapes de la grande traversée du jura

Sur le sentier de la GTJ pour atteindre la Croix du Grand Colombier

grand colombier, dernière étape GTJ









⇒ Pour terminer, vous pouvez lire notre dossier complet pour préparer la GTJ à pied en 16 jours ainsi que d’autres itinéraires de grande randonnée en France

⇒ Enfin, abonnez-vous à notre compte Pinterest pour retrouver vos articles de blog préférés.


top 10 montagnes du jura