Laponie, Suède, Voyage, wild

Suède — notre incroyable voyage en Laponie et en hiver

6 avril 2018

L’année 2018 a commencé sur les chapeaux de roue en réalisant ce rêve d’enfant (que je partage sûrement avec bon nombre d’entre vous) de faire un voyage en Laponie suédoise. On s’imagine volontiers les randonnées raquettes, les sommets de sapin rosés aux premières lueurs. Des paysages de blanc immaculé et des infinités de conifères. On s’imagine aussi à la tombée de la nuit qui arrive tôt se réconforter autour d’un fika (cette pause café typiquement suédoise). Profiter de la vie au sauna, observer les aurores boréales danser dans l’immense ciel lapon. Et effectivement, la Laponie suédoise c’est tout ça à la fois. Pas de mystère ni de démenti, nous avons bien trouvé ce que nous étions venus chercher ! Bienvenue dans ce paradis blanc qui m’a fasciné autant dans la réalité que dans mes rêves les plus vieux. 

 

voyage en Laponie blog

.
Sur la route, entre Kiruna et Jukkasjärvi.

 

 

Avant toute chose c’est important de préciser que nous avons découvert (un tout petit bout) de la Laponie suédoise. La Laponie est en effet une région (immense) couvrant le nord des 4 pays que sont la Suède, Norvège, Finlande et Russie. Si la Laponie finlandaise est le plus souvent plébiscitée, la Laponie suédoise ne manque pas d’atout pour rivaliser. Pour vous conter tout cela et après longue hésitation (plutôt retracer notre séjour, plutôt vous parler que de nos coups de cœur ?), j’ai finalement opté pour le récit jour par jour. Cela me permettait aussi de vous parler de ce que nous avions moins aimé lors de notre séjour en Laponie. Car même si nous étions en reportage, il est important et primordial pour nous de vous parler en toute franchise, de rester quoiqu’il arrive honnête et fidèle à notre blog ainsi qu’à notre philosophie. 

Je commence volontairement à notre (en réalité) jour 2, car le premier jour nous sommes arrivés à 17h il faisait déjà nuit, -25 degrés affiché sur la façade de l’aéroport de Kiruna. Nous avons récupéré notre voiture de location (prise chez Sixt sous les conseils de l’office de tourisme) et roulé en direction du ICEHOTEL où une chambre “chaude” nous attendait. Notre voyage en Laponie a donc réellement commencé au jour 2 :)

 

 

panneau enneigé laponieriver Torne Laponie Suédoise

 

 

 

 

 

Quelles activités pour un

voyage en Laponie d’une semaine ? 

 

 

 

 

 

Jour 01 — Hôtel de glace et chien de traîneau

 

Le jour se lève en janvier entre 8h30 et 9h. Pas de soleil direct, en réalité pendant deux bonnes heures c’est le crépuscule. Lors de cette première journée et comme la météo était vraiment de notre côté, nous décidons de prendre la voiture. Nous avions repéré sur google l’un des bras de la rivière Torne. Il fait très froid (ce sera notre journée la plus froide avec un pic à -37 degrés), on cherche un point de vue sympa pour photographier les sapins qui bercent le lac gelé. L’exercice n’est pas évident sans raquettes, on s’enfonce vite dans la neige, on marche sans trop savoir où tombe le lac. C’est un peu périlleux. On finira par revenir sur nos pas en observant d’un air amusé les boîtes aux lettres côte à côte sur le bas côté de la route. 

 

voyage en Laponie

paysages enneigés de Laponie
traineau a chiens Laponie

 

Il arrive enfin l’heure la plus attendue de tout notre voyage en Laponie : faire du chien de traineau (ou traineau à chien, je ne sais pas ce qui est le plus juste). Certain(e)s ne recommanderont pas, pour des raisons éthiques, cette activité. Pour moi elle représentait l’activité numéro 1 quand j’imaginais la Laponie. Par contre, je ne souhaite pas le faire dans un autre pays autre que nordique. Vieux rêve d’enfant, le fait de les voir attacher (au traineau), je me suis évidemment interrogée. Et j’ai dû (peut-être) embêter Ipsen, notre guide musher avec ma montagne de question. Le bien-être des chiens me semblait primordial mais avec Benjamin nous avons vite observé la symbiose, l’alchimie qu’il y avait entre Ipsen et ses chiens. Son attelage n’était pas très grand. Pour lui il n’est pas nécessaire d’avoir une flopée de chien et de ne pas savoir s’en occuper par la suite. À contrario du côté d’Abisko quelques jours plus tard, nous observerons un autre prestataire qui lui était saisonnier. Ce n’était pas ses propres chiens et ça sautait aux yeux qu’il n’y avait aucune alchimie. Pour cette raison vraiment, n’hésitez pas à annuler votre sortie si vous ne le sentez pas. Ou si les chiens n’ont pas l’air heureux. Et pour faire du chien de traineau dans le secteur de Kiruna et dans de bonnes conditions, je vous recommande Fjellborg Arctic Journeys (ils sont d’ailleurs partenaire de Fjällräven, la marque suédoise référence pour bien s’équiper pour les pays froids).

Le soir nous dormirons à nouveau au ICEHOTEL dans une des Art suites et pour en savoir plus sur notre expérience de dormir dans un hôtel de glace c’est par ici.

 

Fjellborg Arctic Journeysfaire du chiens de traineau en Laponiechien de traineau laponievoyage laponie que fairefika suède

 

 

 

Jour 02 — À la découverte de la culture Sami

Pour cette seconde journée nous avions envie de nous pencher sur la culture Sami, dernière communauté autochtone représentée en Europe. Bien que très court, une journée entière nous semblait être le minimum pour approcher cette culture emblématique de Laponie. J’avais très envie d’en apprendre davantage sur ce peuple de nomades, sur leur passé, leur rapport fusionnel avec la nature et les esprits, leur histoire terrible (ils ont été persécutés à l’époque où la Laponie semblait être un terrain idéal de conquête du roi de Suède). Et comment ils vivaient de nos jours. 

La journée a extrêmement bien commencé avec Ida de Sampi Life tour qui nous a fait visiter le musée et nous a accueilli dans un habitacle traditionnel pour nous raconter sa vie. Pas la vie des Sami en général mais sa vie à elle. C’était à la fois instructive et terriblement émouvant. Elle nous a raconté comment son père cachait le fait d’être Sami. Comment il avait du partir travailler à la mine de Kiruna et qu’elle avait été élevée dans ce déni jusqu’à ce qu’elle rencontre son époux grâce auquel elle a pu à nouveau arborer fièrement ses racines. Elle nous parle de la place des ancêtres dans leur culture qui peuvent se manifester sous forme d’aurores boréales (les enfants n’ont d’ailleurs pas le droit de les pointer du doigt). Et nous explique aussi la signification du drapeau (les couleurs représentent chacune un élément naturel), comment le christianisme leur a été imposé. La culture et l’importance du renne dans leur vie, etc.

 

peuple sami habits traditionnelsculture sami laponietissage sami laponie pause fika suède

 

L’après-midi nous devions prolonger cette découverte sami avec Nutti Sámi Siida. Malheureusement cette fois nous n’avons pas été convaincu. Sans rentrer dans les détails, ce n’est pas le but, nous avons été déçus du caractère trop “mise en scène”. Nous faisions partie d’un grand groupe de (12) touristes. Impossible déjà d’imaginer une rencontre intime et personnelle. Puis nous arrivons à en enclos. On vous fait essayer un traineau tiré par un renne, ça dure 2 minutes. L’image m’évoque rien d’autre qu’un manège. Je ne m’y prête d’ailleurs même pas. Tout le monde s’affale autour des rennes pour les prendre en photo éclairés par de gros spots. Rien de personnel, rien d’authentique, rien d’intime. Loin bien loin de notre rencontre matinale. Malgré la sympathie que j’ai eu pour nos accompagnateurs (l’un d’eux figure sur des cartes postales d’ailleurs, je l’ai vu le lendemain ça m’a fait rire), je ne les recommande pas malheureusement et vous conseille de privilégier la rencontre avec Ida.

 

rennes laponie suédoise

Je ne vous le cache pas qu’avant notre voyage en Laponie, j’avais des images préconçues en tête. Des images plutôt folkloriques, forgées par les écrits et images glanés au fil des années. Je restais accrochée à cette partie du passé du peuple Sami. Sur place ce fut différent. Si les boutiques de souvenirs et musées les exposent fièrement, les Samis ne portent plus les habits traditionnels. Ces vêtements sont aujourd’hui réservés pour les évènements particuliers. Ils s’habillent comme nous, ont une maison comme nous. Il n’est d’ailleurs pas évident de dissocier un Sami d’un suédois. Et je précise que je ne retranscris que ce qu’Ida et les autres Samis rencontrés nous ont dit. Je ne peux m’empêcher d’être tiraillée entre le fait de voir les traces d’une culture vivre en partie plus que dans le folklore et dans un but touristique. Mais en même temps comment leur reprocher d’avoir accepté la modernité qui leur été droit autant qu’aux autres. C’est un sujet épineux et j’espère que ces quelques mots ne seront pas pris de manière transversale. Je suis loin d’être calée sur le sujet et je n’ai pas eu le temps d’approfondir davantage ces rencontres à mon grand regret. Ceci n’est que le fruit de quelques réflexions à chaud. Dans tous les cas j’espère un jour avoir la chance de côtoyer d’autres Samis pour échanger à nouveau sur leur culture passionnante. 

Au soir nous avons dormi au Reindeer lodge (qui appartient à Nutti Sámi Siida). Des petites cabanes, 3 ou 4, sans toilettes et douches (une cabane commune pour çà). Inspirés des habitats Sami, on allume le poêle pour se réchauffer. Pas de télévision, le repas terminé à 19h, on se couche tôt pour en profiter un maximum. 

 

élevage rennes laponie

 

faire du rennes en laponieculture sami rennes

 

 

 

Jour 03 — En route pour Abisko, randonée raquettes & aurores boréales

Avant de prendre la route en direction d’Abisko on nous propose de nourrir les rennes (ce n’est pas quelque chose de naturel mais seuls dans l’enclos c’est plus sympa que la veille). Un peu plus d’une heure nous sépare d’Abisko, une ville bien connue du nord de la Suède car c’est ici que se trouve l’Aurora Sky Station. Malheureusement lorsque nous y étions la station était fermée dû à des problèmes techniques. Nous logions donc à Bjorkliden (une station juste après Abisko) à l’hôtel Fjället. À peine le temps de découvrir notre chambre que nous retrouvons Sarah de Wilderness fika tour pour évoluer en raquettes à travers la végétation locale. L’hôtel organise diverses activités tous les jours, il suffit de s’inscrire la veille à l’accueil. 

Puis, le soir c’est avec Emmanuel, un jeune guide d’STF, que nous passerons la soirée sur le grand lac d’Abisko à croiser les doigts pour voir des aurores boréales. Peu chanceux, nous irons dans un énième tipi, boire un chocolat chaud autour d’un feu et à nous raconter nos vies respectives. 

 

voyage laponie suédoiserandonnée raquette et fika laponiefika suèdesortie nocturne abisko

 

 

 

Jour 04 — Marche sur glace et motoneige à Abisko

Nous avons la matinée de libre, nous en profitons pour retourner sur le Tornetrask. Les journées se sont réchauffées, la glace craquèle, c’est tout aussi excitant que flippant. Nous sommes seuls, nous suivons des traces de pas d’un homme et de son chien, mais celles-ci s’enfoncent vers l’autre côté de la rive. On s’émancipe et commençons alors par faire nos propres traces. Sarah nous avait parlé la veille de quelques cavités et d’impressionnantes stalactites à observer. On se rapproche non sans crainte d’une faille. En dessous de mes pieds, le sombre le plus total. Impossible de juger de la profondeur. Il y a quelques fissures, certaines s’enfoncent dans ce fond obscur. Et quelques traces d’oxygène. Je m’assieds pour me placer sous cet amas de stalactites. À tout moment l’un de ces monstrueux blocs de glace pourrait me tomber dessus et me percer la peau. Je laisse mes envies photographiques prendre le dessus sur ma peur, j’en oublie le temps et expérimente ces profondeurs de champ. 

 

Abisko stalactite glaceAbisko lac geléAbisko stalactite grotte Abisko hiver

 

L’heure avance, difficile de se fier au soleil. À Abisko, malgré le ciel clair et dégagé, durant l’hiver le soleil ne passe pas les montagnes. Nous continuons nos traces, la glace qui n’en finit pas de chanter, elle joue avec nos nerfs. Je n’en reviens toujours pas que nous avons marché sur la glace. Sur cet immense lac gelé. 

 

laponie en hiver

.
Le coup des 14 heures sonne sur le lac d’Abisko !

 

 

L’après-midi, pour la première fois de notre vie, nous conduirons un motoneige. C’est avec Franz d’Arctic Peak et un autre couple suédois que nous nous baladerons pendant 2 bonnes heures le long du parc national d’Abisko. J’avais longuement hésité avant de faire de la motoneige. Ben en avait lui très envie et puis je me suis dit que c’était une activité souvent citée pour un voyage en Laponie, alors je me suis laissée convaincre. Ma plus grosse crainte c’était d’en voir partout, tout le temps et d’avoir l’odeur des gaz à outrance. Finalement que ce soit du côté de Kiruna ou d’Abisko, alors que nous étions en pleine saison touristique, je n’en ai pas vu tant que cela. Et heureusement, ça deviendrait vite invivable ! 

Dernière soirée à Abisko, dernières aurores boréales qu’on observera juste à côté de notre hôtel (ils ont une base d’observation à 15/20 minutes à pied). Retrouvez aussi toutes les photos et conseils pour photographier les aurores boréales en Laponie. 

 

parc national d'Abiskocoucher de soleil Abiskosnowmobile laponie Arctic Peak

 

 

 

Jour 05 — Retour à Kiruna, sauna et Aurora Dome

Le séjour touche bientôt à sa fin et nous n’avons pas vraiment envie de rentrer en France. Il y a quelque chose de magique en Laponie, on s’y sent bien, mais vraiment et puis les suédois (et expatriés qui vivent ici) sont vraiment adorables ! Je comprends le choix de Céline & Jérôme d’être parti vivre là-bas ! Nous reprenons le même chemin qu’à l’aller, il faut dire que les possibilités sont limitées. Au bout de quelques kilomètres nous verrons enfin le soleil. Il nous éblouit, mais nous sommes si heureux de le voir, de le sentir sur nos joues qu’on s’en fout royalement. La route longe le chemin de fer et mélancolique déjà, je m’imagine revenir en été et traverser la Suède en train. Les grands sapins touffus refont timidement leur apparition et la route toujours rectiligne nous hypnotise. Il fait beau mais il y a toujours cette fumée mouvante qui enrobe le goudron. 

Nous faisons un crochet par le centre-ville de la jeune ville de Kiruna pour marcher jusqu’à son église rouge. J’ai un sentiment mitigé. À la fois je suis conquise par les maisons typiques nordiques, rouges, jaunes et bleues. À la fois il y a beaucoup de blocs d’habitations plutôt froids et sans charme. Ceci est dû au fait que la ville, construite uniquement par rapport à la mine, a été déplacée et continue de l’être depuis 2017. On pourrait lui reprocher de manquer de cachet historique, mais heureusement la magie de l’hiver opère tout de même. 

 

visiter Kiruna et son église

Nous poserons nos valises au Camp Riban pour notre dernière nuit. Un rapide tour au sauna, c’est une expérience traditionnelle suédoise qu’on ne s’était pas encore accordé. On testera la piscine extérieure et la marche sur glace pour y accéder. À la nuit tombée, nous rejoindrons Hannah, une jeune française musher qui vit maintenant à Kiruna pour passer la soirée sous les aurores boréales. Pas de chance pour cette nuit, nous n’en verrons pas. Mais nous passerons une superbe soirée en sa compagnie dans l’Aurora Dome (qui est vraiment canon). 

 

sur la route Laponiecarte postale de Laponieblog de voyage Laponie suédoise

 

maison traditionnelle suédoise

 

les plus beaux paysages de Laponie

coucher de soleil sur la toundra

 

 

 

Jour 06 — Dernière balade et motoneige

Dernier jour de notre voyage en Laponie. Le temps est à l’image de notre humeur : maussade et gris !

Nous consacrons notre matinée à retourner dans le secteur de l’Aurora Dome. Nous aurons même la chance d’observer une dernière fois deux rennes traverser la route. Et puis, pour notre dernière activité en Laponie et sous invitation de Brice, nous rejoindrons Camp Adventure, sur la rive inverse de l’hôtel de glace. Pour une dernière session de motoneige dans un environnement bien différent d’Abisko. Nous roulerons d’abord sur le lac givré, on regarde les maisons sur le bord, on s’imagine volontiers vivre là. Et puis nous passerons dans des petits chemins sinueux, au beau milieu de forêts de sapins. Des roses puissants, l’image d’Épinal de la Laponie. 

Retour à l’aéroport de Kiruna, nous déposons les clés de notre voiture (les sièges chauffants on y prend vite goût attention) et puis nous attendrons notre vol pour rejoindre Stockholm. Nous partirons avec plus d’une heure de retard à cause de la neige. Et puis, dans cette nuit profonde et glaciale, nous ferons nos adieux à la Laponie suédoise. 

 

photo maison suèdeinspiration photo Laponie en hivercabane en bois laponievoyager en laponie suédoisedome aurores boréales laponiesnowmobile en laponieque faire en laponie en hiver

 

faire de la motoneige en laponie

.
Quelques photos de notre sortie en motoneige.
Des photos râtées pour certains, mais j’avoue les adorer !

 

 

 

 

 

 

Quel budget pour un

voyage en Laponie ?

 

 

Chaque personne voyageant de manière différente, ceci n’est qu’à but informatif. Suivant le type de logement et le nombre d’activités, votre budget se verra plus ou moins élevé. Lors de ce reportage nous avons bénéficié de quelques gratuités, notamment sur certaines activités et logements (mais vous pouvez trouver des hôtels pas trop chers en réservant en avance), le reste a été payé comme tout voyage et le coût s’est élevé à 2900 euros les 6 jours ; comprenant les billets d’avion Paris — Stockholm / Stockholm — Kiruna opérés avec SAS, la location de voiture chez Sixt, le reste des hébergements, repas et les activités comme la motoneige, la sortie à l’Aurora Dome, la balade en chien de traîneau, etc. Le coût de la vie reste élevé en Suède, donc dans tous les cas, oui, un voyage en Laponie est un budget conséquent, sachez-le. 

 

 

 

La Laponie en hiver,

un voyage d’aventure

ou pas ? 

 

 

 

Avant de conclure le récit de notre voyage en Laponie, je voulais vous faire part d’un autre point. Je suis revenue émerveillée par ces contrées où la nature est seul maître. Comment se lasser de ces paysages si variants ? D’un jour à l’autre je découvrais un autre visage de la Laponie sans même avoir changé d’endroit. Mais si pour moi la Laponie se résumait comme une terre d’aventure, elle ne s’apprête pas à l’aventure avec le grand A comme on se l’imagine. De mon point de vue du moins.

On a vite remarqué sur place et à -30 degrés que nous ne pouvions pas faire n’importe quoi n’importe où ni à n’importe quel moment. J’avais cette folie de le croire, naïvement, avant notre voyage. Mais dans les faits, il faut rester raisonnable et raisonné face à la nature qui reste supérieure en toute circonstance. Et voyager en Laponie s’est se résigner à marcher sur les traces déjà là. Je parle pour une grande majorité de personne et fait abstraction des aventuriers de l’extrême bien sûr. Mais quand les gens ici, les suédois, te disent qu’eux-mêmes ne s’aventureraient pas n’importe où, tu as tendance à les croire. Il n’y a pas beaucoup de routes accessibles en tout cas en hiver, celles qui s’éloignent des grands axes. Et les seules fois où nous voulions nous perdre, nous n’avions à la fois aucun repère, ni l’équipement approprié (raquettes notamment) pour marcher au hasard. Si d’habitude on a tendance à partir vers l’inconnu, nous avons senti que cette fois ce n’était pas vraiment possible. Attention, cela n’a rien enlevé au charme de la Laponie, mais je recommande la présence d’un guide, d’un habitant .. 

 

voyager en Laponie

 

 

 

 

Liens utiles

Office du tourisme de Suède
ICEHOTEL
Fjellborg Arctic Journeys
Reindeer lodge
Arctic Peak
Billets d’avion pour La Laponie

 

 

 

 

 

 A R E  Y O U  O N  P I N T E R E S T ?

On espère vous avoir insufflé l’envie de découvrir à votre tour le nord de la Suède.
Pour préparer votre prochain voyage en Laponie, pensez à épingler notre article sur Pinterest :)

Voyage en Laponie suédoise : itinéraire, conseils, que faire pour une semaineOrganiser son voyage en Laponie en hiver

 

You Might Also Like

13 Comments

  • Reply Mathiilde 6 avril 2018 at 9 h 48 min

    Whaou merci pour l’article complet les superbes photos !

  • Reply Melle Blanche 6 avril 2018 at 11 h 20 min

    C’est mon rêve !

  • Reply JungleMae 6 avril 2018 at 11 h 24 min

    Ça donne trop envie et en même temps, j’ai plutôt envie de soleil là… haha Les photos sont superbes comme d’habitude !

  • Reply Marine B&W 6 avril 2018 at 12 h 16 min

    Moi aussi j’adore votre série de photos sur la motoneige

  • Reply La Boodeuse 6 avril 2018 at 14 h 32 min

    Les photos sont magnifiques! Ca fait rêver.

  • Reply Ornella 6 avril 2018 at 19 h 44 min

    Quelle merveille ce paradis blanc ! Merci pour cet article et ce partage de beauté et de tendresse !

  • Reply Itinera Magica 8 avril 2018 at 9 h 20 min

    Tes photos sont sublimes et j’ai ressenti la même émotion que toi en découvrant le peuple Sami et sa culture, cette nature immense et cette météo si changeante… la Laponie est si belle !

  • Reply Samsha 8 avril 2018 at 10 h 16 min

    Un voyage et des photos vraiment magiques!

  • Reply marionromain 10 avril 2018 at 22 h 47 min

    Merci pour le rêve éveillé envoyé par ces photos !

  • Reply Julie 30 avril 2018 at 2 h 19 min

    ça y est, je sors de mon van et je prend le temps de lire tous les articles que j’ai loupé !
    Bon ça donne froid par contre tout ce blanc, mais qu’est-ce que c’est beauuuu !

  • Reply Les Petits Pas de Juls 1 mai 2018 at 16 h 38 min

    Tes photos sont tout simplement sublimes. Elles invitent au rêve et montre combien la Laponie est un endroit si magique. Tout ce blanc, à perte de vue, me paraît si impressionnant et semble regorger de mystères. Merci d’avoir partagé ce beau rêve… avec un tel budget, je ne suis pas sûre de pouvoir le réaliser un jour mais j’apprécie de le vivre par procuration grâce à toi.
    Les photos depuis la motoneige en mouvement sont géniales!

    Belles balades!
    Jul’

  • Reply mathilde 17 mai 2018 at 8 h 35 min

    Oh ! Tes photos sont à couper le souffle, ça à l’air si beau et si magique ! Tu dois en garder des souvenirs magnifiques. J’aimerai y aller un jour aussi …

  • Reply discoveRin 23 août 2018 at 23 h 03 min

    Ouaah ! Ces photos sont à couper le souffle, déjà que je rêvais d’aller en Laponie depuis un moment je suis plus que convaincue !!
    Oh la la ….
    Non franchement, j’ai atterri sur ton blog via le ” mail dont tu es le héros ” et c’est une belle surprise.
    Merci pour ce partage, merci pour ce compte-rendu ! :)

  • Leave a Reply